L'anorexie

         

Selon les critères actuels du DSM-IV relativement à l'anorexie mentale, toutes les conditions suivantes doivent être respectées : 

a) Refus de maintenir le poids corporel au-dessus de la normale minimale (moins de 85 % pour l'âge et la taille)

b) Peur intense de prendre du poids ou de devenir obèse, malgré une insuffisance pondérale.

c) Perturbation dans la manière dont le poids corporel, la forme ou la silhouette est perçue.

d) Influence exagérée du poids corporel ou de la silhouette sur l'estimation de soi. 

e) Aménorrhée pendant au moins trois cycles consécutifs chez les femmes menstruées (aménorrhée secondaire). 

- En France, 0,5 à 1 % des jeunes filles seraient anorexiques.

- Les garçons, beaucoup moins touchés, ne sont pourtant pas exempts de cette difficulté (0,1 %)

- L'anorexie tend à toucher des personnes de plus en plus jeunes (12 à 18 ans pour les débuts du trouble).

- Les deux ages de début du trouble les plus représentés sont 14 ans et 18 ans.

- Dans 8% des cas, l'anorexie touche des adolescentes de moins de 10 ans.

- Le taux de mortalité est de 1% pour les anorexies restrictives et 2 à 4 % pour les anorexies boulimies.

- Au-delà de 10 ans d'évolution, de 5 à 15 % des malades décèderaient, 20 % après 20 ans.

- En l'état actuel des thérapeutiques proposées, 1/3 des anorexiques s'en sortent bien (physiologiquement et psychologiquement). Un 1/3 conserve des anomalies du comportement alimentaire, encore trop de restrictions ou des accès boulimiques, avec un mal-être persistant, une vie affective difficile. Le dernier 1/3 évolue mal, vers une dénutrition grave et une dépression chronique. 

- En France, 0,5 à 1 % des jeunes filles seraient anorexiques.

- Les garçons, beaucoup moins touchés, ne sont pourtant pas exempts de cette difficulté (0,1 %)

- L'anorexie tend à toucher des personnes de plus en plus jeunes (12 à 18 ans pour les débuts du trouble).

- Les deux ages de début du trouble les plus représentés sont 14 ans et 18 ans.

- Dans 8% des cas, l'anorexie touche des adolescentes de moins de 10 ans.

- Le taux de mortalité est de 1% pour les anorexies restrictives et 2 à 4 % pour les anorexies boulimies.

- Au-delà de 10 ans d'évolution, de 5 à 15 % des malades décèderaient, 20 % après 20 ans.

- En l'état actuel des thérapeutiques proposées, 1/3 des anorexiques s'en sortent bien (physiologiquement et psychologiquement). Un 1/3 conserve des anomalies du comportement alimentaire, encore trop de restrictions ou des accès boulimiques, avec un mal-être persistant, une vie affective difficile. Le dernier 1/3 évolue mal, vers une dénutrition grave et une dépression chronique. 

Site consultée:
http://www.troublesalimentaires.org/anorexie.htm

         



04/10/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour